Devenir positif en changeant notre regard sur le monde   14 décembre 2009

Une qualité essentielle pour être et rester un manager positif, c’est d’avoir confiance en l’avenir.
Martin Seligman*, psychiatre américain travaille depuis des années sur la psychologie positive, ou l’art d’être heureux…

L’art d’être positif

Son constat est que les personnes réussissant le mieux leur vie sont aussi les plus positives. Cette attitude positive est constituée de plusieurs facettes très différentes et l’une d’elles est notre façon d’appréhender le monde.

Certaines personnes, très positives, pensent que le monde est bon pour elles. Ainsi, quand elles rencontrent une difficulté, elles pensent intimement que cette difficulté est passagère. Et sans danger.

Ainsi, Martine voit son manager se mettre en colère. Elle pense « il a l’air de mauvaise humeur aujourd’hui, il a peut-être appris une mauvaise nouvelle… Voyons comment je peux l’aider à surmonter ce moment difficile…». François, dans la même situation, pense différemment : « les managers ont le pouvoir, alors, ils en profitent. Évitons d’avoir à faire avec lui aujourd’hui… ».

Vous constatez immédiatement que leur vision du monde est différente. La première est positive et n’empêche pas d’avancer. La seconde est négative et inhibitrice de l’action.

La première est basée sur un « crédit d’intention », la seconde sur un « procès d’intention »

Dans le film « Bienvenue chez les ch’tis », vous avez peut-être remarqué qu’au début, alors que son nouveau chef venu du Sud est insupportable, un des employés de La Poste dit : « mais non, il a une bonne tête »; sous-entendu « c’est un brave type qui se sent mal ». Son collègue, lui, pense que leur travail va devenir un enfer puisque le nouveau patron est très désagréable. L’un est positif, l’autre est battu d’avance.

Changer son regard sur le monde…

Quel est l’intérêt d’être attentif à ces différences de réactions face aux événements de la vie ? C’est que ces pensées façonnent notre humeur et notre énergie à aller vers nos buts, à réaliser nos projets. Ainsi, plus vous êtes positif sur la vie, les autres ou votre environnement, plus vous avez d’énergie, de plaisir… et de réussite.

On aurait tendance à croire que l’on est naturellement optimiste ou pessimiste. Faux. Il est tout à fait possible de modifier une façon de penser négative. Pas d’un coup de baguette magique, mais en étant attentif à notre dialogue intérieur et en y repérant les tendances négatives généralisantes.

Personne n’est totalement pessimiste ou totalement optimiste. Vous pouvez être optimiste dans vos loisirs et pessimiste au travail, ou l’inverse…

Alors, commencez par repérer dans quel domaine vous avez tendance à anticiper négativement les événements. Observez vos réactions intérieures devant un obstacle, un problème. Si vous bloquez, si vous imaginez que ça va mal se passer, si vous croyez que vous n’y arriverez jamais, vous pouvez certainement améliorer votre dialogue intérieur et le rendre stimulant au lieu de vous laisser engluer par du pessimisme et une anticipation d’échec.

Ainsi, lorsque vous calez devant un petit problème, essayez de changer de registre, positivez et trouvez une pensée réaliste qui cantonne ce problème à ce qu’il est.

Par exemple, si votre équipe n’atteint pas son objectif, au lieu de penser : « on n’est vraiment pas bons », dites-vous « sur cette action, nous n’étions pas assez préparés », ou bien « nous n’avons pas assez travaillé telle stratégie »… Vous voyez la différence ?

Dans le premier cas, c’est un constat décourageant, dans le second, vous exprimez une piste pour que cela ne se reproduise pas.

Si vous pensez « ce collaborateur ne fera jamais rien de bien », c’est très différent de : « il était très stressé par l’enjeu et ça lui a fait rater son exposé devant le comité de direction »…

Progressivement, vous pouvez améliorer votre attitude positive. Au début, c’est un travail de fourmi, mais vous en ressentirez rapidement les bienfaits.

De plus, votre entourage en profite aussi. Car si le pessimisme peut être contagieux, l’optimisme aussi. Encouragez votre entourage à abandonner les généralisations négatives et lancez un challenge pour que de plus en plus de personnes autour de vous voient les choses positivement…

* Martin Seligman : « La force de l’optimisme », Interéditions.

Et vous,comment voyez-vous les choses ?
Savez-vous pratiquer l’alternative positivante ?
Vous pouvez réagir en cliquant sur « Laisser un commentaire »

Tags : , , , , ,
Cette entrée a été publiée le lundi 14 décembre2009 à 13 h 18 min, et rangée dans Management. Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via son flux RSS 2.0.Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.
   Article lu 4 822 fois

Une réponse

16 décembre 2009 à 14 h 49 min
Philippe écrit :

Voilà une version très opérationnelle de l’attitude mentale positive.
Merci.

Laisser un commentaire