Aux sources de l’envie   26 juin 2017

Ressort2Il paraîtrait qu’on ne motive pas les personnes, mais que ce sont elles qui se motivent. C’est jouer sur les mots. Car nous connaissons tous des salariés épanouis professionnellement grâce à leur manager et à l’inverse d’autres tragiquement démotivés. Pour moi, motiver une personne, c’est identifier la nature de ce qui la pousse à travailler puis développer son niveau d’engagement.

Qu’est-ce qui nous fait courir ?

Pourquoi travaille-t-on ? Qu’est-ce qui met en mouvement chacun d’entre nous ? Je distingue huit motifs principaux, d’autres existent sans doute.
Les trois premiers visent les apports attendus du travail :
– la nécessité (besoins primaires de Maslow) : la subsistance, la sécurité de l’emploi, les sous
– l’intérêt du travail : la maîtrise, la stimulation, l’autonomie, la création, la fierté, et aussi le développement professionnel, les perspectives de progression
– l’utilité : le sens, le service, la mission, la vocation.

Cinq autres s’appuient sur des dynamiques individuelles :
– la reconnaissance : le soutien, la valorisation, les honneurs, la gloire, toute récompense qui développe l’estime de soi
– le lien social : le goût des autres, l’appartenance, l’ambiance, la qualité relationnelle
– le défi : la volonté d’entreprendre, le besoin de se dépasser, d’innover, l’aventure
– le pouvoir : l’influence, la domination, le statut, la soif du toujours plus
– le plaisir : le jeu, l’envie, la joie de participer, la saveur, la passion !

Chacun peut être motivé par un seul de ces leviers ou le plus souvent par plusieurs. Le premier objectif du manager, pour lui d’ailleurs comme pour chacun de ses collaborateurs directs, est d’identifier la nature de ces forces conscientes ou inconscientes qui déterminent les comportements de chacun. Et d’actualiser leur présence car les motivations évoluent assurément avec le temps !

Un management personnalisé et contextuel

Deuxième objectif : vous avez identifié la nature des motivations de vos collaborateurs, votre conduite managériale devra s’adapter à leur intensité.

Sans titre

A l’heure où la France est un des pays qui compte le plus de salariés démotivés, la responsabilité du manager est essentielle : accroître l’envie.

Une personne qui a envie d’agir s’implique naturellement. Une motivation vaut dix compétences ! Ajoutez le respect, l’équilibre vie privée – vie professionnelle, les conditions de travail (c’est nul mais les locaux motivent !)… D’où l’importance d’être proche de ses collaborateurs, de prendre le temps de la relation avec chacun, de faire preuve d’entrain !
Ce n’est pas du « love management » (qui n’a jamais créé de l’efficacité), mais du « smart management » car adapté à la personne et à la situation.

Pour un manager, réussir c’est faire réussir.

Philippe Détrie, fondateur de La Maison du Management

PS : Si vous souhaitez perfectionner votre management, téléchargez « Managez efficacement votre équipe, motivez durablement vos collaborateurs » de Philippe Gabilliet et Yves de Montbron.

Cette entrée a été publiée le lundi 26 juin2017 à 16 h 32 min, et rangée dans Management, Motivation. Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via son flux RSS 2.0.Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.
   Article lu 3 591 fois

Une réponse

27 juin 2017 à 8 h 32 min
DOMS écrit :

🙄 LE MANQUE DE COMMUNICATION LORS DE FUSION OU D ABSORPTION PAR DES MULTINATIONALES , LA RETENTION D INFORMATION PAR LES MANAGER CREE UN CLIMAT PEU PROPICE A LA MOTIVATION

Laisser un commentaire